Voici, Omar Sy, Retour sur la polémique

Je lis de moins en moins la presse, par manque de temps d’une part, mais aussi parce-que je réalise que l’on nous rabâche souvent la même chose, voire même tout et son contraire.

Que ce soit en presse people, magazine de news avec le dossier « Hollande, la chute »/ « Sarko la chute », dossier « La République en péril » ou le dossier spécial « le hamster, cet animal qu’on aime et qui nous le rend bien »… Et je ne parle même pas de la presse féminine : oh! Le dossier « spécial ventre plat » qui ressort systématiquement entre la semaine 20 et la semaine 27 (avant l’été quoi) ou l’article boost de confiance en soi « Je suis super, je l’assume »… Autant d’originalité qui me donne peu envie d’acheter la presse magazine.

En début de semaine pourtant, j’étais en déplacement. Et comme beaucoup de gens, j’aime bien m’arrêter au Relay H de la gare ou de l’aéroport pour feuilleter les magazines.

Et c’est là que je l’ai vu.

Voici_Omar_Sy_polémiqueLe fameux article du Voici de la semaine, titrant à propos d’Omar Sy arborant une coupe afro pour les besoin d’un film qu’il « frise le ridicule », que le métier d’acteur oblige à faire des concessions et que cette coupe est « terrifiante ».

Le pire, c’est que je n’ai pas réagi tout de suite.

Ou en fait si.

J’ai vu le titre, j’ai pensé « ouais, super le jeu de mots de m*** » et j’ai reposé le magazine sur son présentoir. Effet de répulsion incontrôlé.

Et puis 2-3 jours plus tard, j’ai réalisé qu’une polémique avait éclaté dans les médias, sur les réseaux sociaux…

Et j’en suis alors venue à me demander 2 choses :

1) Qu’est-ce qui peut bien faire que dans notre société, des grands médias se permettent de véhiculer ce type de propos dénigrant ?

Et 2) pourquoi n’ai-je pas réagi plus violemment en apercevant cet article?

A la première question, difficile de répondre,  si ce n’est qu’il semblerait qu’on puisse rire plus facilement de certains plus que d’autres.

Audrey Pulvar & Roselyne Bachelot ont par ailleurs dénoncé l’article du magazine, lui attribuant le prix du racisme.

Voici_Omar-Sy_Screenshot-Audrey-Pulvar

Le problème c’est que le magazine n’est pas le seul à s’adonner à ce type de débordement. En mars, c’est Public qui avait commenté une photo de Solange Knowles (la sœur de Beyoncé) portant une coupe afro somme toute assez classique, précisant qu’elle était « coiffée comme un dessous de bras ».

Dans un autre registre, je ne sais pas si vous vous souvenez du titre de 20Minutes pour parler de 12 Years A Slave à sa sortie ? « Un film coup de fouet »…

Même si ces sorties ont crée une bronca sur le web (merci le pouvoir des réseaux sociaux), il n’y a pas vraiment eu de suite. Pas de réelles excuses publiques, pas d’action en justice, même symbolique. Et pour en revenir à Voici, il faut quand même rappeler que c’est un média qui touche beaucoup de gens… Et c’est cela qui est terrifiant. Audrey Pulvar en parle en termes peu élogieux, mais il ne faut pas oublier que la France entière ne lit pas Le Monde, le Figaro ou le Huff. Alors que la presse people….Moi aussi,  je préfère ouvrir un VPG (Voici, Public, Gala) qu’un Nouvel Obs dans la salle d’attente chez le médecin ! Le poids de ce type de propos déplacé peut être dramatique, en laissant certaines idées s’insinuer dans l’esprit des gens, sans qu’on y prête une grande attention.

Et justement, à la deuxième question, je crois qu’il me faut admettre qu’au départ ce titre ne m’a pas choquée. Et c’est bien là le pire de la situation. On est tellement habitués à entendre et voir des propos de ce genre que parfois on ne s’y arrête même plus. Alors que c’est cette absence de réaction, voire cette indifférence, qui creuse justement l’autoroute qui mène vers un racisme assumé. Ce n’est pas en baissant la tête ou en détournant le regard que les choses vont s’améliorer.

Soyons attentifs à cela, cela ne doit pas être une norme. Je parle ici des  des Noirs de France, mais cela s’applique à tous. Quand j’entends qu’un journaliste sportif de France Télévision traduit les propos de Luis Enrique, l’entraîneur du Barça, en forçant l’accent espagnol, cela me choque tout autant!!! Ne laissons pas penser que tout est possible.

D’autant que les réactions de l’opinion publique et même des médias parfois ne sont pas les mêmes en fonction de qui est concerné par la moquerie, le dérapage. Et je ne peux m’empêcher d’avoir le sentiment qu’il y a deux poids deux mesures en France… Cela ne représente pourtant pas les valeurs qui fondent notre société. Je n’ai pas la prétention de faire de beaux discours républicains, mais je suis fière et heureuse de vivre dans un pays où chacun naît libre et égal et où, sur le papier du moins, il y a l’égalité des chances. Sauf que si on ne respecte pas les bases théoriques, la pratique n’en sera que plus compliquée…

Mais bon, c’est mon avis. Ainsi, je profite de ce petit espace d’expression pour dire que non, je n’accepte pas ce type de commentaire, que non tout n’est pas bon à dire, que non il ne s’agit pas d’un sentiment de persécution et que sans aller défiler dans la rue, il est important de dire quand des propos sont blessants et irrespectueux.

Voici a publié un mot d’excuse que j’ai personnellement trouvé assez bancal mais qui a le mérite d’exister (à l’inverse de Public qui ne s’est pas exprimé suite à l’incident).

Voici_Omar-Sy_Réponse

Et qu’en pense le principal intéressé? Eh bien il n’a pas réagi, officiellement en tous cas, sur ces réseaux sociaux.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Publicités

9 réflexions sur “Voici, Omar Sy, Retour sur la polémique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s