Chocolat, Clown Nègre, revue littéraire

Vous avez dû remarquer la présence de plus en plus fréquente d’Omar Sy dans les médias français ces temps-ci. Dans quelques jours, le film CHOCOLAT sort en salles de cinéma. Et le rôle-titre est justement interprété par Omar Sy. Si je n’ai pas vu le film en avant-première et ne peut donc pas encore vous en parler, j’ai lu dernièrement le livre dont il est inspiré.

Chocolat_Livre

Je dois vous avouer que rentrer dans ce bouquin n’a pas été chose facile. Cela fait près de deux ans que je l’ai acheté et jusqu’ici, je n’avais pas réussi à accrocher l’histoire.

La faute probablement au format narratif, qui n’est pas un roman, ni un enquête à proprement parlé.

Ce qui ne veut pas dire que le livre n’est pas documenté, bien au contraire. Mais l’histoire de Chocolat est racontée en mêlant récit, informations et, à son corps défendant, prise de position de l’auteur. Car si Gérard Noiriel tient à proposer une discours d’historien, dans la veine de « l’histoire-science », j’ai été frappée par ses interventions au cours du récit qui parfois laissent transparaître son avis sur la question. Puisqu’il ne s’agit pas d’un roman, j’attendais parfois un peu plus de neutralité dans ce témoignage de la vie du 1er artiste noir français.

Ceci ayant été dit, je dois admettre qu’à la lecture du récit de la vie de Chocolat, il est difficile de ne pas être, si ce n’est révolté, au moins très mal à l’aise face à la manière dont cet artiste clown a été traité.

Il faut peut-être commencer par rappeler qu’à la fin du 19eme siècle, quand Rafael est arrivé en France, le cirque et le métier de clown étaient particulièrement bien perçus. C’était une véritable performance artistique, qui faisait se déplacer la haute-société, c’était un divertissement qualitatif et recherché .

Rafael-Chocolat a été le 1er Noir à briller sur la scène parisienne. Il a été le personnage principal d’un certain nombre des spectacles, entre numéros de clowns, pantomimes (acteurs qui expriment les situations et émotions uniquement par les gestes et mimiques, sans user de la parole) et même une petite pièce au théâtre.

C’est toutefois son duo avec Footit, clown d’origine anglaise, qui l’a fait connaître du grand public parisien et lui a valu des entretiens et des articles dans la presse, culturelle (La Vie Théâtrale, L’Orchestre, La Rampe..) ou non (Le Figaro, Le Petit Parisien, L’Ouest Eclair…).

Clown_hocolat_et_footit_blogIamHappyInBlack

Le rôle de Rafael-Chocolat dans ce duo était celui de l’Auguste, qui fait des farces mais qui se fait systématiquement reprendre et corriger vertement (physiquement parlant) par Footit.

Et pendant plusieurs années, même si le fait que Chocolat soit Noir ait pu soulever quelques remarques, il a été moins stigmatisé pour sa couleur de peau que pour son métier de clown. Au fur et à mesure, la notion de racisme (dont le terme n’était pas vraiment usité avant le milieu des années 1890 et l’affaire Dreyfus) s’est finalement affirmée et avec elle les stéréotypes sur les Noirs. Au point que le talent de l’artiste est passé au second plan.

Rafael-Chocolat, dont le grand public sait finalement peu de choses, aurait pourtant mérité d’être décoré. Mais à l’époque, lui attribuer une décoration aurait signifié assumer que la société ait trouvé hilarant de voir un Noir maltraité physiquement par un Blanc (même s’il s’agissait de comédie, difficile pour le milieu des bien-penseurs de l’époque… Pas très en lien avec l’héritage des Lumières ni même l’esprit républicain tout cela… ) et accepter, au fond, de mettre au même niveau des artistes blancs et un artiste noir.

Le-clown-noir-Chocolat-750x421

Avec ce livre, Rafael-Chocolat aura au moins eu un hommage, tel un appel au souvenir pour ce clown qui a terminé sa vie dans l’indifférence la plus totale.

Et aujourd’hui, c’est Omar Sy qui porte aussi l’histoire et le talent de Rafael Padillo, alias Chocolat, dirigé par Roschdy Zem.

Affiche_film-Chocolat-Omar-Sy

Et je ne peux pas m’empêcher de penser à Hattie Mc Daniel, première actrice Noire oscarisée qui n’avait pas pu dîner avec ses confrères acteurs car les Noirs n’étaient pas admis à table en 1940. Même si rien n’est encore gagné, que de chemin parcouru…

 

Chocolat Clown Nègre par Gérard Noiriel, éditions Bayard.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s